ELECINF344/381

Partie interactive du site pédagogique ELECINF344/ELECINF381 de Télécom ParisTech (occurrence 2011).

Catégories

RoseWheel prend la route !

Aujourd’hui nous avons commencé à élaborer le planning du projet.

Un bug tracker a été rapidement mis en place (Redmine) et va nous permettre de :

  • Lister nos tâches et en garder des traces
  • Faire du suivi de bugs et d’ajout de fonctionnalité
  • Nous assigner des tâches les uns les autres
  • Générer des diagrammes de Gantt
  • Partager des fichiers non versionnés (pdf, images, …)

Nous avons pu éclaircir quelques points sur lesquels nous nous posions des questions :

- Il est nécessaire de charger le Rosewheel avec des objets ayant un poids inférieur à 90kg et dont le centre de gravité est approximativement le même que celui d’un être humain.

- Il faut utiliser à la fois un gyroscope et un accelerometre pour nous permettre de mesurer l’angle d’inclinaison du manche du RoseWheel car on a :

  • gyro : integrale(biais + theta_point) = derive linéaire + theta
  • accelero : theta + bruit

ces deux mesures sont en fait complémentaires,

  • gyro = theta + composantes basses fréquences
  • accelero = theta + composantes hautes fréquences

donc fusion des capteurs = filtrage passe-bas + filtrage passe haut.

- Peut-être utiliser en plus un Kalman pour rendre le signal issu de la fusion des capteurs d’angle encore plus propre.

-  Pour la gestion de la sécurité de RW (Arret si detection d’obstacle), nous avons pensé à utiliser un système de sonars et/ou détecteurs infrarouges (Sharps). L’idée serait d’en avoir plusieurs  à l’avant du robot : certains pointant horizontalement pour détecter des murs, d’autres pointant vers le sol pour détecter un changement de pente ou un objet au sol. Détecter un changement de pente  pourrait permettre d’adapter l’allure : si descente on ralentit, si montée on accelère. Par ailleurs on pourrait évetuellement détecter un trou et s’arreter pour ne pas tomber dedans. Nous n’avons pas encore poussé plus loin nos investigations en terme de chiffrage et de choix  de composants.

- Il faut utiliser comme processeur principal un processeur capable de traiter à la fois les calculs des différents filtres (Kalman,passe-haut et passe-bas) pour les calculs de l’angle theta, de traiter les calculs issus des capteurs de distance (Sonars, sharps), de traiter les données issus des encodeurs. De calculer les prochains nombre de tours à appliquer aux moteurs.

- Nous allons remplacer les moteurs CC d’origine par des moteurs Brushless, il sera donc nécessaire d’utiliser un processeur sur la carte de puissance afin de gérer la commande de ceux-ci.

 

 

Commentaires fermés.