ELECINF344/381

Partie interactive du site pédagogique ELECINF344/ELECINF381 de Télécom ParisTech (occurrence 2011).

Catégories

IRL : carte DMX

L’architecture du module DMX se précise…

La future carte DMX devra :
-recevoir les trames DMX
-les patcher avec un masque de 512 octets reçu par zigbee
-les renvoyer
-contenir tout ce qu’il faut pour être programmable…
Je me suis renseignée sur la norme EIA-485 (= RS-485) qui constitue la couche physique du protocole DMX512.
RS-485 utilise trois fils : GND, +, – .
GND sert à protéger la liaison des perturbations electromagnétiques. La liasion est différentielle,si (V+)-(V-) > 200mV on a un 1, si (V+)-(V-)<-200mV, on a un 0. Je me demande si une différence de potentiel inférieure à 200mV est interdite ou si elle constitue l’état IDLE…
Notons que Le RS-485 est half-duplex, mais que le protocole DMX ne l’utilise que dans un seul sens, les éclairages ne renvoient pas d’informations vers la console de commande.

 

Interface µP/DMX512

Notre carte DMX doit comporter deux liaisons RS-485, une pour la réception, une pour la transmission. Il me semble que l’on ne trouve pas facilement des cartes avec du RS-485 déjà fait. Je propose que l’on ne cherche pas et que l’on utilise une GPIO par liaision.

Les interfaces DMX/GPIO comporteraient côté réception:

  • Un connecteur XLR3 ou 5 mâle (à vérifier)
  • Un comparateur (impédance d’entrée supérieure à 12kOhms, qui supporte en entrée du -7 à +12 V et qui a une sensibilité qui permet de détecter une différence supérieure à 200mV)
  • Une résistance de terminaison de 120 Ohms

côté émission:

  • Un circuit pour générer un signal symétrique -U +U avec 1,5V<U<7V
  • Un connecteur XLR3 ou 5 femelle
  • Optionnellement : une résistance de terminaison de 120 Ohms. Elle n’est pas obligatoire sur une liaision RS-485 qui ne comporte qu’un seul émetteur. Sa présence augmente la consommation électrique du câble mais améliore l’intégrité du signal.

La norme DMX512 prévoit des connecteurs XLR 5 broches. Deux des broches ne servent à rien et sont réservées pour des évolutions ultérieures de la norme (retour des appareils). Pour cette raison beaucoup de constructeurs utilisent des connecteurs 3 broches. Il serait plus pratique d’avoir les même connecteurs que TSM. Cependant, le choix n’aura pas de conséquences graves, les adaptateurs XLR3/XLR5 se trouvent facilement.

Zigbee

Pour des raisons de facilité, il est probable que l’on utilise les mêmes modules que telecom robotics et qu’en TP. Ce module nécessite une UART pour la communication avec le µP .

Environnement de développement

Il serait pratique d’avoir une JTAG et une UART supplémentaire.

Récapitulation des connectiques pour le choix du microprocesseur :

  • 2 UARTs,
  • 2 GPIOs,
  • JTAG,
  • ….?

Cela devrait être trouvable…

Puissance de calcul
Il faut :

  • lire une GPIO à 250kHz
  • écrire une GPIO à 250kHz précisément (d’ailleurs il pourrait être intéressant de savoir à quel point il faut être précis…)
  • récupérer, vraiment pas souvent, 512 octets sur le zigbee
  • multi-tâche → il nous faut freeRTOS

Taille mémoire

Difficile à évaluer pour moi, par manque d’expérience. Il faudrait se faire une idée des tailles en RAM/ROM demandées par freeRTOS et zigbee. Notre programme ne va probablement pas être bien long, ni nécessiter beaucoup de RAM.

Sur le même sujet :

  1. IRL : du nouveau, encore du nouveau !

Commentaires fermés.