ELECINF344/381

Partie interactive du site pédagogique ELECINF344/ELECINF381 de Télécom ParisTech (occurrence 2011).

Catégories

TSV Safe Express: Résultats et précision des PSSCs

Après avoir fini l’écriture de mon Bootloader CAN je l’ai testé avec un programme que j’ai écrit  pour envoyer des messages en CAN suivant le protocole implémenté. Et là  j’avais un petit problème: si j’utilise mon fichier d’initialisation le CAN marche mais l’écriture en Flash ne marche plus et si j’utilise init.c de la bibliothèque c’est l’inverse. Après avoir comparé les deux nous sommes arrivés à booter en flash à partir du Bootloader CAN.

D’autre part, il me reste de tester mon programme qui prends des messages via UART et les envoie par CAN. Je ferai lorsque le serveur sera en marche.

Ce que nous faisons dès l’après midi est de lire chacun le code des autres pour être sur du respect de la norme NMRA, voire les éventuelles erreurs et en même temps comprendre ce que nous avons fait séparément. Nous  continuerons ensemble à finir la partie CAN: relier plusieurs cartes en même temps et commander les feux et capteurs.

Nous actualisons nos prochains PSSC et nous déclarons les responsabilités après une dispute sur qui prend celle de Ethernet:)

 

 

 

 

 

 

TSV Safe Express: architecture

Bonjour à tous,
La carte principale (au milieu) prend les commandes de Rocrail et les code, puis les envois à travers le bus CAN ou à travers les rails. Nous ne sommes décidés pour le STM32F107 pour cette carte puisqu’il contient un module ethernet et puisque nous avons trouvé un tranceiver CAN avec une interface RMII.
Pour les petites cartes avec CAN nous utilisons STM32F103T4 puisqu’elles sont les moins chers dans les STM32 qui contiennent une interface CAN. Il est à citer que programmer les cartes d’une même famille est plus simple.
Pour la carte feu qui commande seulement en DCC, nous utilisons le STM32F100 qui est le moins cher (2.35E).
Merci pour vos commentaires.

 

en train de déterminer les composants

Pour la carte centrale du projet train, nous aurons besoin d’utiliser un port Ethernet pour recevoir les commandes de Rocrail et un port du bus CAN pour recevoir les comptes rendus.  Nous avons trouvé le microcontrolleur STM32F107RA qui contient les deux.D’après nos estimations, RAM et ROM seront largement suffisants pour notre application.

Pour obtenir le signal DCC concernant les Leds, on aurait besoin d’un optocopleur branché sur les rails. L’alimentation sera faite aussi à partir des rails à travers un circuit régulateur de tension. Pour allumer des feux , on aura besoin d’un « Led Driver ».  Pour choisir son type, nous devons nous décider combien de feux pilote une seule carte.

TSV Safe Express prend son chemin

Ces deux jours, nous nous sommes renseignés sur les éléments existants de notre projet.
Nous avons à notre disposition:

  • le circuit du train avec 60 capteurs de position
  • un train qui possède déjà un décodeur DCC
  • un booster pour l’amplification de la commande qui sera passée sur les rail
  • des aiguillages qui sont commandés à travers une carte avec un protocole non universel

Sinon, chacun d’entre nous à fait une petite recherche sur le web:

  • Theodoros nous a informé sur le principe de fonctionnement du protocole DCC, ainsi que sur le circuit de rectification pour l’alimentation du décodeur DCC.
  • Vaibhav nous a informé sur openDcc pour avoir une idée sur l’implémentation du protocole DCC. Il s’informe encore sur la façon d’utiliser Rocrail.
  • Siwar a commencé à s’informer sur le protocole du bus CAN et la façon de l’implémenter sur un microprocesseur. Elle s’est chargée aussi de voire les limites du projet et répartir les Pssc.

Nous pourrons tester nos petites cartes à l’aide d’un appareil qui envoie des commandes DCC, ainsi qu’en utilisant le carte du TP avec le controleur CAN.Nous avons fixé à la fin un emploi de temps interne afin de tenir les délais des Pssc le maximum possible.
Ce Week end, on va commencer à déterminer les composants de chaque carte (centrale,capteur position, feux..)